Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Achat vente Immobilière

Action en garantie des vices cachés : quels recours pour l'acquéreur ?

| Mis à jour le 22/07/2016 | Publié le 14/10/2014

Ecrit par : Avocats Picovschi

 
illustration de l'article

SOMMAIRE

Vous avez acheté un bien immobilier et découvrez après la vente qu’il est affecté d’un ou plusieurs défauts? Vous pensez être victime d’un vice caché et vous demandez quelles options s’offrent à vous pour obtenir réparation ? Avocat Picovschi vous aide à y voir plus clair.

Qu’est-ce qu’un vice caché ?

Le vice caché est défini par le Code civil comme un défaut caché de la chose vendue « qui la rend impropre à l’usage auquel on la destine, ou qui diminue tellement cet usage que l’acheteur ne l’aurait pas acquise ou en aurait donné un moindre prix, s’il avait eu connaissance de ce vice ».

Si vous avez acheté une maison ancienne avec un fort taux d’humidité, et que vous l’ignoriez au moment de la visite du bien, vous pourriez vous retourner contre le vendeur. Faites le choix d’un avocat spécialiste de ces questions pour vous défendre.

Quelles sont les conditions pour agir en garantie des vices cachés ?

Il faut bien avoir à l’esprit les conditions suivantes :

  • le vice est « caché » : il ne doit donc pas être apparent. Attention à la notion de vice apparent ! Il vous appartient d’effectuer les vérifications élémentaires lors de la visite du bien.
  • le vice rend la chose impropre à l’usage auquel on la destine ou diminue considérablement cet usage. On peut citer à titre d’exemple : une infiltration d’eau, la présence de termites, mérule,...
  • le vice doit être antérieur à la vente : il vous appartient en tant qu’acquéreur, d’apporter cette preuve.

La caractérisation d’un vice caché peut s’avérer douteuse et complexe c’est pourquoi le recours à l’avocat vous permet de bien identifier le vice dont vous être victime.

Le rôle du vendeur : clause d’exclusion de garantie ?

Le vendeur est tenu de vous garantir contre les vices cachés. Selon qu’il est vendeur professionnel ou non professionnel, sa responsabilité n’est pas la même.

Il arrive qu’il stipule une clause d’exclusion de garantie pour se décharger de toute responsabilité. Cette clause n’est valable que s’il ignorait lui-même les défauts. Il ne peut en aucun cas invoquer cette clause de mauvaise foi!

De même, le vendeur professionnel est présumé connaître le vice, il ne peut pas échapper ou limiter sa garantie en invoquant une telle clause.

Les questions de preuve peuvent s’avérer complexes. Il ne faut pas hésiter à recourir aux services d’un avocat qui sera le mieux à même de constituer pour vous un dossier solide.

Les recours qui s’offrent à l’acquéreur

Le Code Civil prévoit que l’acquéreur victime d’un vice caché a le choix entre :

  • Rendre la chose et se faire restituer le prix (action rédhibitoire ou action résolutoire).
  • Garder la chose et se faire rendre une partie du prix seulement (action estimatoire).
  • Demander des dommages et intérêts.

Le choix du recours par l’acquéreur

En principe, l’acquéreur est entièrement libre dans le choix de l’action à exercer. La Cour de Cassation juge en effet que « le choix entre l’action estimatoire et l’action rédhibitoire appartient à l’acheteur et non au juge qui n’a pas à motiver sa décision sur ce point », « le choix de l’acquéreur s’impose au juge ».

Le juge dispose d’une faculté d’appréciation. Il peut refuser de prononcer la résolution de la vente même s’il reconnait l’existence d’un vice caché (Civ.3e, 25 juin 2014).

Tout dépend de la nature du vice et des faits en question. C’est pourquoi il est judicieux de recourir aux services d’un avocat avisé qui saura vous conseiller au mieux sur le choix de l’action la plus pertinente. Le cabinet Avocats Picovschi est doté d’une grande expérience en matière de contentieux immobilier et sera des plus disposé à vous défendre en cas de litige.


Sources : Article 1641 du Code civil ; Civ 3e, 25 juin 2014

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.