Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Achat vente Immobilière

La vente d'immeuble à construire

| Mis à jour le 09/01/2015 | Publié le 28/04/2011

Ecrit par : Avocats Picovschi

SOMMAIRE

La vente d'immeuble à construire

Elle est régie par les articles 1601-1 et suivants du Code civil, ainsi que par les articles L.2361-9 et suivants du code de la construction et de l’habitation. L’ensemble de ces articles est reproduit dans la partie sources documentaires.

Il s’agit d’un contrat par lequel le vendeur s’oblige à édifier un immeuble dans un délai déterminé.

 

 

Il existe deux sortes de vente d’immeuble à construire

La vente à terme

Le vendeur s’engage alors à livrer un immeuble à son achèvement, l’achèvement devra être constaté par acte authentique pour que le transfert de propriété s’opère. Le paiement n’a lieu qu’à l’achèvement des travaux ;

La vente en l’état futur d’achèvement (VEFA)

La propriété est directement transférée à l’acheteur s’agissant du sol et des constructions déjà existantes, la propriété s’acquiert donc au fur et à mesure des travaux en contrepartie du paiement de ceux-ci.

L’immeuble est réputé achevé lorsque l’ensemble des ouvrages sont exécutés et que les équipements nécessaires à la destination de l’immeuble sont installés.

Il faut évidemment un contrat écrit sous la forme authentique et il doit préciser certaines mentions, telles que la description de l’immeuble, le prix, le délai de livraison…

Le prix

S’agissant du prix, il est prévu à l’article L.261-12 du Code de la construction et de l’habitation que :

  «  Dans le cas de vente en l'état futur d'achèvement, le vendeur ne peut exiger ni accepter aucun versement, aucun dépôt, aucune souscription ou acceptation d'effets de commerce avant la signature du contrat, ni avant la date à laquelle la créance est exigible.

Le contrat de vente à terme peut seulement stipuler que des dépôts de garantie seront faits, à mesure de l'avancement des travaux, à un compte spécial ouvert au nom de l'acquéreur par un organisme habilité à cet effet. Les fonds ainsi déposés sont incessibles, insaisissables et indisponibles dans la limite des sommes dues par l'acheteur, sauf pour le paiement du prix. »

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.