Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Assurances

La responsabilité du constructeur pour les dommages futurs et évolutifs

| Mis à jour le 07/03/2018 | Publié le 07/03/2013

illustration de l'article

SOMMAIRE

Le constructeur est tenu par la responsabilité décennale pour les dommages affectant un ouvrage mais aussi pour les éléments d’équipement indissociables à ce dernier. Cependant, il n’est pas exclu que des désordres puissent survenir en dehors de ce délai décennal, cette hypothèse concernant le dommage futur et évolutif. Ces situations sont créatrices de contentieux. L’aide d’un avocat expert en immobilier vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté afin d’obtenir la réparation de ces dommages.

La garantie décennale : la prescription de l’action en l’absence de la réalisation du dommage

Selon le Code civil, tout constructeur est responsable de plein droit, envers le maître de l'ouvrage (ou son acquéreur), des dommages qui compromettent la solidité de l'ouvrage effectué ou de ceux qui, affectant l’ouvrage « dans l'un de ses éléments constitutifs ou l'un de ses éléments d'équipement, le rendent impropre à sa destination ». Toutefois, cette garantie doit être mise en œuvre dans les dix ans à compter de la réception des travaux.

Se pose alors la question des dommages futurs, qui interviennent après le délai décennal. Cela concerne plusieurs hypothèses notamment :

  • les dommages apparus après l’extinction du délai décennal ;
  • les troubles sont apparus durant ce délai de 10 ans, mais ils n’ont obtenu la condition de gravité prévue par la loi seulement après le délai légal.

Ces derniers sont-ils des dommages réparables ?

Le délai de dix ans permet de tester la solidité de l’ouvrage et, si un dommage doit se produire, il devrait en principe survenir au cours de cette période.  En principe, une fois le délai passé, l’action est prescrite et le constructeur est libéré de sa responsabilité envers le maître de l’ouvrage.

En effet, la garantie décennale ne concerne que des défauts de conformité graves, qui portent atteinte à la solidité de l’ouvrage ou à sa destination (Cour de cassation, 3e chambre civile, 14 mars 2001, n° 99-18.348), pour lesquels le constructeur ne démontre pas une cause étrangère (CA Toulouse, 15 mars 2004, n° 03/03028) et dont la gravité décennale ne survient qu’après l’extinction du délai (Cour de cassation, 3e chambre civile, 6 juillet 2011, n°10-17.965).

La jurisprudence antérieure : l’hypothèse de dommages futurs ou évolutifs

Pourtant, la jurisprudence a, dans le passé, accepté de prendre en compte des dommages évolutifs ou futurs. Il s’agissait d’une notion créer par le juge, qui étendait la garantie décennale dans certaines circonstances pour lesquelles ces troubles pourraient apparaitre à l’expiration de la période légale.

La jurisprudence permettait la réparation des dommages évolutifs. Il fallait cependant la réunion de trois conditions : les troubles initiaux devaient survenir au cours du délai de 10 ans, ces premiers dommages devaient avoir rempli la condition de gravité permettant d’engager la responsabilité du constructeur. Les désordres évolutifs, c’est-à-dire les nouveaux dommages qui apparaissaient postérieurement à l’expiration de la garantie, pouvaient bénéficier de la garantie dès lors qu’ils avaient la même cause. Ce dernier point n’est autre que l’obligation d’un lien de causalité entre les différents dommages survenus.

Par ailleurs, la jurisprudence semblait admettre une garantie pour certains dommages futurs. Les dommages futurs devaient, pour bénéficier de la garantie décennale malgré la prescription, avoir été dénoncés durant le délai d'épreuve de dix ans bien qu’ils ne semblaient pas, à cette date, porter atteinte à la solidité ou à la destination de l’ouvrage. Ils devaient également présenter avec certitude dans les délais de la prescription les caractéristiques des dommages de nature décennale.

Cette jurisprudence semble toutefois avoir évolué et, à défaut de s’être manifestés dans les délais, les défauts graves de conformité dépendront de la responsabilité contractuelle et non de la garantie fondée sur l’article 1792 du Code civil. En effet, plusieurs décisions de la Cour de cassation semblent aller dans ce sens. Par exemple, la Cour de cassation a jugé, le 21 mai 2003, que dès lors qu’il n’était pas prouvé, après dix ans d'existence, que l'enduit utilisé pour le ravalement d’une façade d’immeuble compromettait la solidité de l'immeuble ou qu’il le rendait impropre à sa destination, la garantie décennale ne pouvait être retenue.

Avocats Picovschi, expert en droit de l’immobilier, saura vous aider à comprendre l’étendue de vos droits et les fondements juridiques à actionner pour obtenir gain de cause.

Sources : 1782 du Code civil et suivants du Code civil, Cour de cassation, 3e chambre civile, 14 mars 2001, n° 99-18.348 ; CA Toulouse, 15 mars 2004, n° 03/03028 ; Cour de cassation, 3e chambre civile, 6 juillet 2011, n°10-17.965 ; Cour de cassation, 3e chambre civile, le 21 mai 2003, n° 01-17.484

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.