Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Achat vente Immobilière

SCCV, SCI : l’importance de faire le bon choix

| Publié le 12/12/2017

Ecrit par : Avocats Picovschi

 
illustration de l'article

SOMMAIRE

Plusieurs raisons peuvent vous pousser à créer une société civile immobilière (SCI) : faciliter la gestion de votre patrimoine, acquérir un bien immobilier, préparer sa transmission… La société civile immobilière de construction vente (SCCV) vous offre, quant à elle, d’autres options. Elle permet de construire un bien de toute pièce pour sa revente immédiate. Avocats Picovschi revient sur l'utilité de chacune d'elles et vous éclaire sur le meilleur choix à faire en fonction de votre projet.

Quelle société pour quel projet ?

La SCI connait un succès grandissant au sein du paysage juridique français. Étant une personne morale à part entière dédiée à la réalisation de projets immobiliers, elle permet de séparer son patrimoine personnel et un patrimoine immobilier, constitué à plusieurs, affecté à la gestion d’un ou plusieurs biens. Il s’agit d’un excellent outil de stratégie patrimoniale qui permet aux associés de mettre en commun des biens immobiliers d’organiser l’objet social de manière flexible (pouvoir du gérant, relations entre associés, etc.). Ce dispositif présente donc de nombreux avantages.

Quant à la SCCV : la constitution de cette société est simple puisqu’il n’y a pas de capital minimum imposé et que deux associés suffisent pour créer la société. Tout comme pour une SCI, l’associé, quelle que soit sa nationalité, peut être un particulier, mais aussi une autre société, voire un enfant mineur. En revanche, l’objet de la SCCV est obligatoirement la construction de biens immobiliers en vue de leur revente, à aucun moment les associés ne peuvent en avoir l’attribution, ni en jouissance ni en propriété.

On retrouve ainsi 2 cas de figure :

  • Soit vous cherchez à faire construire un immeuble, un appartement, une maison, dans le but de le revendre dès la fin des travaux et de dégager une plus-value intéressante : il faut se diriger vers la création d’une SCCV.
  • Soit vous souhaitez acheter un ou plusieurs biens immobiliers dans le but de les louer (à des associés, à titre gratuit, ou à des tiers) : il faut alors se diriger vers la création d’une SCI.

Si vous envisagez de créer une SCI ou une SCCV, le recours à un avocat sera un atout substantiel pour vous aider à faire les meilleurs choix. L’expert en droit de l’immobilier pourra vous aider à bien comprendre les enjeux des opérations que vous souhaitez réaliser, ainsi que rédiger les statuts de votre société en les adaptant à vos projets afin de protéger au mieux vos intérêts.

Les conséquences d’un mauvais choix

Il peut arriver qu’une SCI soit créée à mauvais escient, si les associés ne sont pas suffisamment informés sur les caractéristiques précises de cette structure. Tout d’abord, il ne faut jamais oublier que contrairement aux sociétés commerciales comme la SARL (société à responsabilité limitée), au sein d’une SCI les associés sont indéfiniment tenus responsables des dettes, sur leur propre patrimoine, si celle-ci s’avérait défaillante. De réels risques financiers pèsent donc sur les associés dans le cas où la société rencontrerait des difficultés financières. Cette responsabilité indéfinie n’est cependant pas solidaire, ce qui signifie que les associés ne sont responsables qu’à hauteur de leur quote-part dans le capital.

Un point sur le droit fiscal : La SCCV bénéficie d’un régime fiscal particulier, comme en atteste l’article 239 ter du Code général des impôts. En règle générale, les sociétés civiles ne sont pas soumises à l’Impôt sur les sociétés (IS) - sauf si elles optent pour ce régime, à certaines conditions bien précises. Or, l’objet d’une SCCV étant la construction-vente, cette structure réalise en fait des activités commerciales (et non purement civiles) donc elle devrait être soumise à l’IS. Ce n’est pourtant pas le cas : le législateur a choisi de soumettre chaque associé à l’impôt à hauteur de sa quote-part dans le résultat de la société, sans possibilité d’opter pour l’IS. Chaque associé sera imposé sur les bénéfices nets perçus. Puisqu’aucun salaire n’est distribué, il n’y a aucune charge à payer.

Soyez vigilants ! Notez que, si vous êtes dans une SCCV, que vous avez acheté un terrain, mais que vous décidez finalement de ne pas construire dessus et de le revendre en l’état, il s’agira alors d’une opération commerciale d’achat / revente et non de construction / vente… opération assujettie à l’IS ! N’hésitez donc pas à prendre conseil auprès d’experts qualifiés.

Avocats Picovschi prendra le temps d’étudier votre situation particulière et pourra vous aider à mettre en place la stratégie la plus adaptée à votre projet immobilier.

Sources : www.fiscalimmo.com - Développement – Imposition du bénéfice

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.