Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Achat vente Immobilière

CCMI : attestation de la garantie de livraison par le maître de l'ouvrage

| Publié le 23/08/2011

Par un arrêt du 25 mai 2011, la troisième chambre civile de la Cour de cassation énonce que « le maître de l'ouvrage n'est pas tenu de s'assurer de la délivrance de l'attestation de garantie de livraison pour l'obtention d'un prêt destiné à financer un contrat de construction de maison individuelle avec fourniture de plan ».

Selon l'article L231-6 du Code de la construction et de l'habitation, la garantie de livraison « couvre le maître de l'ouvrage, à compter de la date d'ouverture du chantier, contre les risques d'inexécution ou de mauvaise exécution des travaux prévus au contrat, à prix et délais convenus ».

Au regard de l'article L231-10 du Code de la construction et de l'habitation, le prêteur « ne peut débloquer les fonds s'il n'a pas communication de l'attestation de garantie de livraison ».

Le contexte de l'arrêt rendu le 25 mai 2011 par la Cour de cassation est le suivant : les époux X maîtres de l'ouvrage, ont conclu avec la société Z un contrat de construction de maison individuelle avec fourniture de plan. L'obtention d'un prêt, l'assurance dommages-ouvrage et la garantie de livraison à prix et délais convenus étaient des conditions suspensives devant être réalisées dans un délai de douze mois.

La société Caisse de crédit mutuel de Revin (la CCM) a débloqué les fonds alors que la garantie de livraison n'avait pas été apportée par le constructeur malgré la mise en demeure adressée par les époux X. La CCM étant défaillante, les époux X ont conclu un contrat avec un autre constructeur et ont assigné la CCM au paiement de certaines sommes en réparation de leur préjudice matériel et financier.

La Cour d'appel a retenu la responsabilité du constructeur à 50% et ainsi limité le montant des dommages et intérêts. Elle retient que le prêteur devait rappeler au maître de l'ouvrage la nécessité de s'enquérir auprès du constructeur d'une garantie de livraison et aurait dû demander des justificatifs de cette garantie. Toutefois, « le maître de l'ouvrage avait un devoir de vigilance sur l'opération en cause et il ne pouvait se décharger sur le banquier de ses propres obligations d'avoir à solliciter du constructeur l'attestation de garantie légalement prévue avant l'ouverture du chantier et à la remettre au préteur préalablement à toute demande de fonds ».

La Cour de cassation casse et annule l'arrêt rendu par la Cour d'appel aux motifs que « que le maître de l'ouvrage n'est pas tenu de s'assurer de la délivrance de l'attestation de garantie de livraison pour l'obtention d'un prêt destiné à financer un contrat de construction de maison individuelle avec fourniture de plan ».

Que vous soyez maître d'ouvrage ou constructeur, le recours à d'un avocat compétent en droit de la construction est indispensable en cas de litiges sur la construction de la maison ou concernant le contrat.

Le cabinet Avocats Picovschi ne saurait s'engager à donner des conseils via internet. Ainsi, si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à contacter le cabinet 01.56.79.11.00.

Source : Cass. Civ. 3e, 25 mai 2011, n°10-10.905

Elodie COIPEL
Juriste

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel - 62 & 69 rue Ampère 75017 Paris

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.