Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Copropriété

Le syndic fait obstacle à la division de votre lot de copropriété : comment débloquer la vente ?

| Publié le 18/11/2016

Ecrit par : Avocats Picovschi

 
illustration de l'article

SOMMAIRE

Vous êtes propriétaire d’un logement comprenant une chambre de bonne dont vous n’avez pas l’utilité. Alors que vous souhaitez vendre séparément cette dernière, vous êtes confronté à l’application d’une clause interdisant la division d’un lot, dans votre règlement de copropriété. Vous pensez alors être dans une impasse. Pourtant, grâce à l’accompagnement d’un avocat qualifié en la matière, vous pouvez faire valoir vos droits afin de parvenir à cette vente.

Quelle est la légitimité d’une clause interdisant la division d’un logement ?

Chaque propriétaire doit pouvoir aliéner son bien immobilier comme bon lui semble. Le logement en tant que lot privatif de copropriété est donc à la libre disposition du propriétaire et celui-ci peut décider de le céder à titre onéreux ou gratuitement.

C’est pourquoi, la division d’un logement relève en principe de la liberté de chaque copropriétaire et le syndicat, bénévole ou non ne peut s’opposer à votre souhait de vendre une seule partie de votre bien immobilier. À   tout principe il existe cependant une exception.  En effet il ne faut pas que cette division soit contraire à la destination de l'immeuble.

Bien que sans définition légale précise, la destination d’un bien immobilier est définie comme ce pour quoi l’immeuble a été conçu et plus particulièrement l'usage auquel est destiné l'immeuble en fonction des caractéristiques de construction, de confort, d'affectation, d'environnement et d'esthétique.

À  titre d’exemple, la multiplication des divisions de biens immobiliers appartenant à la même copropriété entraîne une augmentation importante du nombre d'occupants dans l'immeuble. Cet accroissement provoquant une baisse non négligeable du standing de l’immeuble, les divisions de lots peuvent donc être contraires à sa destination.

Ainsi que le prévoit l'article 8 alinéa 2 de la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis, « Le règlement de copropriété ne peut imposer aucune restriction aux droits des copropriétaires en dehors de celles qui seraient justifiées par la destination de l'immeuble, telle qu'elle est définie aux actes, par ses caractères ou sa situation ». Dans ce cas particulier, les juges admettent la validité d’une clause dans le règlement de copropriété, permettant l’ingérence du syndicat, interdisant la vente d’une seule partie du logement.

Vous trouvant dans l’incapacité de vendre une partie de votre bien immobilier en raison d’une telle clause, il est alors possible de faire valoir vos droits grâce à l’aide d’un avocat compétent en droit immobilier. Il serait en effet dommage de perdre un potentiel acheteur et le bénéfice d’une telle opération, surtout quand on connait le prix de l’immobilier dans certaines grandes villes, notamment Paris.

Comment l’avocat peut-il vous aider à obtenir gain de cause

En pratique, vous pourrez rencontrer deux types de clauses portant sur la division de votre logement.

La première catégorie de clause impose une autorisation préalable de l’assemblée générale de la copropriété avant de pouvoir procéder à la vente d’un lot divisé. Il vous faudra alors consulter l’Assemblée pour obtenir son aval. La deuxième catégorie de clause exclut, elle, de manière intégrale la vente d’un lot divisé.

Face à un refus de l’assemblée, vous disposez d’un délai bref de 2 mois pour former une demande d’annulation des résolutions prises au cours de cette assemblée ainsi que celle de son procès-verbal.

En l’absence de réaction de votre part au cours de ce délai, la décision prise par l’assemblée sera devenue légale donc opposable à tous les copropriétaires.

Il est alors fortement recommandé de recourir aux services d’un avocat en droit de l’immobilier afin que ce dernier vous accompagne dans une telle procédure et assigne le syndicat des copropriétaires devant le Tribunal de Grande instance.

En cas de clause excluant toute vente d’une partie séparée de l’immeuble, l’assistance d’un avocat compétent en la matière sera également déterminante. Celui-ci vous accompagnera dans la contestation de l’application de cette clause qui doit être justifiée par une atteinte réelle à la destination de l’immeuble.

Forts de ses 30 ans d’expérience en droit immobilier, Avocats Picovschi remplira ses différentes missions en vous accompagnant tout au long de la procédure.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.