Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Immobilier et procédures

L'avocat et l'expert judiciaire à votre secours

| Publié le 23/04/2014

Ecrit par : Adjokè MAMAH, Juriste, Avocats Picovschi

SOMMAIRE

Vous avez confié l’édification de votre ouvrage à un constructeur. Mais après réception, vous y découvrez des dommages et malfaçons. En tant que profane du droit immobilier, vous ne pouvez déterminer la nature de ces dommages et savoir quel est le droit applicable pour obtenir réparation. L’intervention d’un avocat compétent s’avère nécessaire pour demander devant le juge la désignation d’un expert judiciaire, qui vous apportera des réponses.

Qu’est-ce que l’expertise judiciaire ?

L’expert judiciaire est un professionnel, missionné par le juge, pour donner son avis technique sur un  point donné et apporter des éclaircissements sur une affaire, éléments sur lesquels le juge se basera pour rendre sa décision. En matière de construction, l’expert immobilier peut être un architecte, un expert immobilier ou un ingénieur du bâtiment.

Ainsi lorsqu’un constructeur effectue mal sa mission et cause des dommages sur l’ouvrage qu’il devait édifier, il serait inconcevable que ce soit la victime qui procède aux réparations. Elle va par conséquent mandater son avocat aux fins d’assigner le constructeur fautif pour obtenir réparation.

 L’avocat pourra demander au juge la désignation d’un expert judiciaire afin d’obtenir des preuves des faits allégués et d’estimer le coût des réparations nécessaires.  L’expert aura pour mission de mener les investigations nécessaires à la détermination de la nature des dommages et fixer une indemnité nécessaire à la remise en état.

L’expert au cours de sa mission, pourra se faire assister d’un autre technicien, s’il en ressent le besoin, à condition que ce technicien soit d’une spécialité distincte de celle pour laquelle il a été missionné.

L’avocat aura la possibilité de demander à ce qu’un certain nombre de questions soit posé à l’expert. Ce dernier devra rester impartial et ne pas avoir de conflit d’intérêts avec l’une des parties tout le long de la procédure.

Le juge fixe définitivement la rémunération de l’expert après examen de la proposition qu’il aurait adressé, tout en tenant compte des diligences accomplies, du respect des délais et de la qualité du travail fourni.

La Procédure et l’expertise judiciaire

L’expert, après être missionné, convoque les parties par lettre recommandée avec accusé de réception pour une réunion.  L’expert ne communiquera qu’avec les avocats des  parties, il ne devra en aucun cas passer directement par les parties elles-mêmes.

Ensuite un rapport d’Étape est communiqué aux avocats. À ce stade, la mission de l’expert peut soit s’arrêter, soit continuer. Elle s’arrête dans le cas où l’affaire est simple, et qu’il n’ya pas d’autres revendications de la part de l’une des parties.

Mais elle continue si une des parties souhaite faire intervenir un ou plusieurs tiers à l’affaire. L’avocat devra faire la demande d’une nouvelle ordonnance de référé pour mettre en cause ces nouvelles personnes. L’expertise peut durer au minimum trois mois et peut aller jusqu’à une année, voire plus.

Il est souvent nécessaire que l’avocat fasse des observations à l’expert pour le réorienter ou l’alerter sur tel ou tel aspect qu’il aurait omis d’occulter. L’expert devra en tenir compte et les annexera à son rapport si les parties le demandent.

Les investigations finies, l’expert rédige un rapport qu’il transmettra au juge ainsi qu’aux avocats de chacune des parties.

Après dépôt de ce rapport par l’expert, le greffe du tribunal informe les avocats de la date à laquelle l’affaire sera traitée en audience et de celle à laquelle les mémoires faits après expertise  seront échangés.

Le juge n’est pas tenu de tenir compte du rapport d’expertise, mais en pratique il le fait très souvent. Ce rapport est considéré comme un élément de preuve.

La procédure de désignation de l’expert étant d’une réelle complexité, elle ne pourra se faire sans l’aide et l’appui d’un avocat compétent. Avocats PICOVSCHIvous recommande, par conséquent, de mandater le plus tôt possible un professionnel du droit de la construction afin qu’il puisse engager la procédure, mais aussi vous accompagner dans le déroulement jusqu’à la décision du juge.
 

Sources : Code de procédure civil (articles 263 à 284-1) ; www.villagedelajustice.com, « L’expertise judiciaire » par Jérôme BLANCHETIERE le 12 /06/2012 ; www.sans.jean.free.fr, « Expertises judiciaires ».

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel - 62 & 69 rue Ampère 75017 Paris

Les lecteurs d'Avocats Picovschi Immobilier ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.