Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Construction

VEFA : Tentative de requalification du contrat par le promoteur

| Publié le 11/03/2016

Dans une décision en date du 18 février 2016, la Cour de cassation s’est penchée sur la requalification en VEFA ainsi que la garantie du notaire.

Dans cette affaire, un couple d’acquéreurs a été démarché par un promoteur immobilier et a acquis un lot de copropriété d’un immeuble devant être réhabilité et transformé en résidence à usage d’habitation. Les deux acquéreurs ont souscrit un prêt auprès d’un établissement de crédit pour financer cette acquisition.  Les travaux de réhabilitation n’ont finalement pas été réalisés, les acquéreurs ont assigné notamment le promoteur immobilier et l’établissement de crédit pour tout annuler.

Afin d’échapper à leur garantie d’achèvement, les promoteurs immobiliers ont tenté en vain de faire échapper le contrat signé à la qualification de VEFA (vente en état futur d’achèvement), contrat par lequel le vendeur s’oblige à édifier un immeuble dans un délai déterminé. Ils prétendaient qu’ils n’avaient signé qu’un contrat de vente sans vraiment s’engager à réaliser les travaux, et que les documents précontractuels ne faisaient référence qu’à de « simples travaux de viabilisation ».

La Cour de cassation a confirmé néanmoins la qualification du contrat signé en VEFA (et son annulation), au vu notamment de l’importance des travaux, du programme de réhabilitation comportant notamment des travaux de gros œuvre établi par le vendeur. Celui-ci devait financer par ailleurs des travaux primordiaux et essentiels à la viabilisation.

De plus, après avoir annulé le contrat et avoir constaté l’insolvabilité des vendeurs,  la Cour confirme la condamnation in solidum du notaire au paiement du prix de vente et accessoires.

Les investissements immobiliers peuvent vite devenir source de conflits. En cas de litige, l’avocat en droit immobilier et de la construction est à vos côtés pour assurer la défense de vos intérêts.  

Source : www.legifrance.gouv.fr – Arrêt Civ. 3, 18 février 2016, FS-P+B, n° 15-12.719

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.