Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Baux

Résiliation du bail d'habitation en raison d'un manquement à l'obligation de délivrance

| Publié le 10/10/2011

S'il n'y a pas eu d'accord des volontés en raison d'absence d'état des lieux préalable, le bailleur a manqué a son obligation de délivrance et le bail doit être résilié.

Vous êtes propriétaire d'un bien à usage d'habitation, prenez garde à l'état des lieux et à votre obligation de délivrance au risque de voir votre bail résilié et ne pas percevoir vos loyers. Un arrêt du Tribunal d'Instance de Verdun traite de la résiliation du bail en cas de manquement à l'obligation de délivrance du bailleur.

Le contexte de l'arrêt est le suivant : Par acte sous seing privé, des époux ont donné à bail une maison d'habitation le 10 juillet. Aucun état des lieux préalable n'est dressé. Le 13 juillet 2010, un constat d'huissier établi que la rencontre des volontés n'a pas été parfaite en raison d'une absence d'état des lieux d'entrée et que par conséquent cela justifie une résolution judiciaire du contrat pour manquement à l'obligation de délivrance qui incombe au propriétaire sur le fondement de l'article 6 de la loi de 1989, et la validation d'un préavis abrégé à la date du 20 août.

Cet article énonce : « Le bailleur est tenu de remettre au locataire un logement décent ne laissant pas apparaître de risques manifestes pouvant porter atteinte à la sécurité physique ou à la santé et doté des éléments le rendant conforme à l'usage d'habitation. Les caractéristiques correspondantes sont définies par décret en Conseil d'État pour les locaux à usage d'habitation principale ou à usage mixte mentionnés au premier alinéa de l'article 2 et les locaux visés au deuxième alinéa du même article, à l'exception des logements-foyers qui sont soumis à des réglementations spécifiques ». Le locataire délivre donc congé au bailleur le 9 août et quitte les lieux le 20 août.

Le bailleur assigne le locataire en paiement des loyers car la relocation des lieux est intervenue dans les trois mois de la délivrance du congé, jusqu'à la date de prise d'effet du nouveau contrat, conformément aux dispositions de l'article 15-I de la loi du 6 juillet 1989.

Le Tribunal d'instance déboute le bailleur, et prononce la résiliation judiciaire du bail pour « manquement à l'obligation de délivrance qui incombe au propriétaire sur le fondement de l'article 6 de la loi du 6 juillet 1989 » et valide le préavis abrégé proposé par le locataire.

L'avocat compétent dans le domaine du droit immobilier saura vous assister pour vos problèmes. Les enjeux en présence justifient pleinement le recours à un professionnel du droit qui saura vous informer sur vos droits et devoirs. Pour davantage d'informations, n'hésitez pas à contacter le Cabinet Picovschi au 01 56 79 11 00.

Source : TI Verdun, 28 juin 2011, n° 11-11-000045

Elodie COIPEL
Juriste

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.