Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Construction

Peut-on modifier sa construction lorsque l'on a eu recours à un architecte ?

| Publié le 28/04/2011

Le droit de propriété est un droit constitutionnel. Lorsqu’on a recours à un architecte pour une construction, l’œuvre de l’architecte est protégée et ne peut être dénaturée. Dans quelle mesure peut-on modifier son bâtiment sans dénaturer l’œuvre de l’architecte ?

Le droit de construire fait partie du droit de propriété. Le droit d’effectuer des modifications sur sa maison, son appartement, plus généralement son bâtiment, est un attribut du droit de propriété. Toutefois certaines constructions font l’objet d’un recours obligatoire à l’architecte.

Deux intérêts sont alors en présence : le droit de propriété et le droit moral de l’architecte. Le droit moral de l’architecte consiste en l’obligation de protéger l’œuvre et de ne pas la dénaturer.

Selon l’arrêt de la Cour de cassation du 5 décembre 2006, « toute modification, quelle qu’en soit l’importance, apportée à une œuvre de l’esprit, porte atteinte au droit de son auteur au respect de celle-ci ».

Ainsi, par exemple, l’installation d’un faux plafond qui coupe la perspective est une atteinte au droit moral.

Le droit moral de l’architecte au respect de l’intégrité de son œuvre n’est pas absolu puisqu’il doit se concilier avec le droit de propriété.

La Cour de cassation par un arrêt (n°90-17.534) du 7 janvier 1992 énonce que l’on peut apporter des modifications à une œuvre faite par un architecte à condition qu’elle respecte des besoins nouveaux.

Par un arrêt du 11 juin 2009, la Cour de cassation confirme que le droit moral de l’architecte n’est pas absolu.  Un architecte a réalisé un bâtiment dédié à la formation aéronautique. Il a procédé à une première extension. Par la suite, un autre architecte a fait une extension sur son œuvre. Le premier architecte a donc intenté une action sur le fondement de la violation de son droit moral. La Cour d’appel a accueilli les prétentions de l’architecte. La Cour de cassation casse et annule l’arrêt rendu par la Cour d’appel.  La Cour de cassation reprend la conception selon laquelle, « la vocation utilitaire d’un bâtiment commandé à un architecte interdit à celui-ci de prétendre imposer une intangibilité  absolue de son œuvre ».

Le droit moral de l’architecte n’est pas absolu et le propriétaire peut apporter des modifications. Le droit de propriété n’étant pas non plus absolu, la possibilité d’effectuer des modifications est soumise à certaines conditions. Le propriétaire peut effectuer des modifications s’il y a des besoins nouveaux et les modifications ne doivent pas être disproportionnées au but poursuivi. C’est l’idée qu’il doit modifier le strict nécessaire.

Le juge appréciera si les modifications apportées sont proportionnelles à la nécessité d’adaptation aux besoins nouveaux.

Il y a donc un constant « balancement », entre les intérêts du propriétaire et celui de l’architecte. Ni le droit de propriété, ni le droit moral de l’architecte ne sont intangibles. Consulter un avocat expérimenté du droit de l’immobilier permet d’éviter de nombreux contentieux.

Elodie COIPEL
Juriste

.swoostyAdsBox{position:fixed;bottom:8px;right:8px;overflow:hidden;visibility:hidden;background:-moz-linear-gradient(top, rgba(69,72,77,1) 0%, rgba(0,0,0,1) 100%); background:linear-gradient(top, rgba(69,72,77,1) 0%, rgba(0,0,0,1) 100%); -moz-box-shadow: 0 0 10px rgba(0,0,0,0.7); box-shadow: 0 0 10px rgba(0,0,0,0.7); border:3px solid #FFFFFF; font-family:verdana,sans-serif; text-align:left; color:#FFFFFF; padding:0 5px; line-height:13px; text-shadow:0 0; width:200px; height:60px;} .swoostyAdsBox div{margin-top:2px} .swoostyAdsBox a {text-decoration:none; color:#4D98E2} .swoostyAdsBox a:hover{text-decoration:underline;} .swoostyAdsBoxTitle{font-size:12px; font-weight:bold} .swoostyAdsBoxDescription{font-size:10px; height:25px} .swoostyAdsBoxUrl{font-size:10px; color:#888888}
Ferienwohnungen mitten in Röbel direkt an der Müritz
http://einfach-schoene-ferien.de

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.