Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Copropriété

Le syndic de copropriété : habilité à agir en justice pour des troubles à caractère collectif

| Publié le 28/04/2011

ARCHIVE


Cour d'appel

TOULOUSE

7 Décembre 2009

« Le syndic de copropriété est habilité à agir en justice dès qu'il a reçu par une délibération une autorisation valide, que ce soit quant à sa date relativement à l'état de la procédure et aux délais des garanties recherchées, quant à la nature de la procédure autorisée, quant aux personnes concernées désignées chacune nommément et quant à l'objet de l'action, à savoir la réparation de désordres de construction précisément énumérés un par un qui sont ceux résultant des écritures prises par le syndicat des copropriétaires devant la Cour.

Le syndicat des copropriétaires n'a qualité à agir que pour la sauvegarde des droits afférents à l'immeuble ou relativement aux troubles à caractère collectif, ce qui n'est pas le cas de désordres affectant la qualité ou le fonctionnement de quelques menuiseries dans treize appartements sur les quarante quatre que compte l'immeuble.

Le promoteur vendeur est responsable des vices cachés dont certaines manifestations seulement étaient apparentes à la réception, mais dont les véritables causes n'avaient pas été décelées et dont les conséquences ou la gravité ne sont devenue évidentes que postérieurement.

Les fissurations des bandeaux métalliques de l'immeuble justifient pleinement la prétention du syndicat des copropriétaires dès lors qu'il est établi l'existence d'une atteinte actuelle à la solidité de l'ouvrage mettant en cause gravement la sécurité des personnes en cas d'arrachement, et de la sorte un dommage de nature décennale.

L'assureur dommage ouvrage qui n'est pas subrogé dans les droits et actions du maître de l'ouvrage en l'absence de préfinancement des désordres doit prouver, sur le fondement délictuel, la faute causale du contrôleur technique.

En l'absence de tout caractère collectif du préjudice de jouissance subi par certains copropriétaires, le syndicat de copropriété ne justifie pas avoir qualité pour en réclamer la réparation ».

Source : LexisNexis

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.