Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Achat vente Immobilière

Comment dans la promesse de vente l’acompte devient une indemnité d’immobilisation ?

| Publié le 27/04/2011

ARCHIVE

 

Dans le cadre de la promesse de vente, il peut arriver que l’on entende l’expression « indemnité d’immobilisation ».

Mais qu’est-ce donc ?

Conformément à notre méthode analytique, dont le principe est de se baser, et ce avant tout développement doctrinaire, sur les textes de loi, allons voir ce que nous dit l’article 1589 du Code civil :

« La promesse de vente, vaut vente, lorsqu’il y a consentement réciproque des deux parties sur la chose et sur le prix.

Si cette promesse s’applique à des terrains déjà lotis ou à lotir, son acceptation et la convention qui en résultera s’établiront par le paiement d’un acompte sur le prix, quel que soit le nom donné à cet acompte, et par la prise de possession du terrain.

La date de la convention, même régularisé ultérieurement, sera celle du versement du premier acompte ».

Ainsi, l’acompte constitue une somme versée à l’occasion d’une promesse unilatérale ou synallagmatique de vente. Cet acompte entraine la réservation, l’exclusivité du bien mis en vente, par le vendeur, pendant un certain laps de temps, qu’on appelle délai d’option.

Ainsi, si le bénéficiaire de la promesse décide d’acheter le bien en question, l’indemnité (qui représente en général 10 pour cent du prix de vente) s’impute sur le prix de vente.

Si jamais le bénéficiaire renonce et décide de ne plus acheter, l’indemnité vaut dédommagement pour l’immobilisation dont le bien a fait l’objet.

Et enfin, si par contre la vente ne se réalise pas, parce que par exemple, une des conditions suspensives prévue dans la promesse de vente ne s’est pas réalisée, la somme versée en acompte est rendu au bénéficiaire. 

Cour d'appel

Paris

4 Mars 2010

« Le dépôt de la promesse de vente au rang des minutes d'un notaire équivaut à l'enregistrement de la promesse exigée par l'article 1589-2 du Code civil.

La remise de l'acte sous seing privé de vente à l'acquéreur contre récépissé par le notaire, le jour de la signature de l'acte, vaut notification régulière et fait courir le délai de rétractation de sept jours.

L'indemnité d'immobilisation est acquise au vendeur dès lors que le bénéficiaire de la promesse de vente sous condition suspensive d'obtention d'un prêt ne justifie pas d'un refus de prêt qui lui aurait été signifié personnellement. Vainement fait-il valoir qu'il s'est substitué un tiers à qui un prêt a été refusé, alors que pour être opposable au promettant la substitution aurait dû être constatée par acte notarié et être signifiée au promettant ou être acceptée par lui dans un acte authentique, selon la convention des parties et qu'il n'est pas justifié de l'accomplissement de ces formalités qui devaient intervenir avant la levée de l'option ».

Source : LexisNexis

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.