Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Construction

"cest celui a qui la chose est rendue qui doit en restituer le prix"

| Publié le 28/04/2011

ARCHIVE

Dans le cas d’une vente annulée, lorsque des acomptes ont déjà été versés, c’est au vendeur de restituer le prix qu’il a reçu pour la chose.

Voyons donc, en premier lieu, ce que nous disent les articles du jour et utilisons ces éléments pour bien comprendre l’arrêt présenté ci-après. 

Les articles 1147 et 1184 du Code civil

Article 1147

« Le débiteur est condamné, s'il y a lieu, au paiement de dommages et intérêts soit à raison de l'inexécution de l'obligation, soit à raison du retard dans l'exécution, toutes les fois qu'il ne justifie pas que l'inexécution provient d'une cause étrangère qui ne peut lui être imputée, encore qu'il n'y ait aucune mauvaise foi de sa part ».

Article 1184

« La condition résolutoire est toujours sous-entendue dans les contrats synallagmatiques, pour le cas où l'une des deux parties ne satisfera point à son engagement.

Dans ce cas, le contrat n'est point résolu de plein droit. La partie envers laquelle l'engagement n'a point été exécuté, a le choix ou de forcer l'autre à l'exécution de la convention lorsqu'elle est possible, ou d'en demander la résolution avec dommages et intérêts.

La résolution doit être demandée en justice, et il peut être accordé au défendeur un délai selon les circonstances ».

Passons maintenant à la lecture de l’arrêt.

Cour de cassation

7 Juillet 2010

Cassation partielle – renvoi Colmar

Résumé

« Viole les articles 1147 et 1184 du Code civil, la cour d'appel qui condamne les constructeurs (maître d'œuvre, contrôleur technique et entrepreneur) à garantir le vendeur en état futur d'achèvement de l'intégralité des sommes mises à sa charge au profit des époux acquéreurs du fait de la résolution de la vente, et donc de la restitution des acomptes reçus, alors qu'en cas de résolution d'une vente, la restitution du prix perçu par le vendeur est la contrepartie de la chose remise par l'acquéreur et qu'ainsi, seul celui auquel la chose est rendue doit restituer à celui-ci le prix qu'il en a reçu ».

Source : LexisNexis

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.