Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Baux

Bail mixte : Les activités commerciales enfin admises à contracter ce bail

| Publié le 21/05/2012

Ecrit par : Emilien Fayette, Juriste, Avocats Picovschi

template_image2

SOMMAIRE

Les professions commerciales furent pendant longtemps soumises au régime du bail commercial et de ce fait, restreintes dans leur choix de bail. Mais depuis une loi du 4 août 2008, les activités commerciales se voient offrir la possibilité de contracter un bail mixte d'habitation et professionnel sous certaines conditions.

 

Aperçu du régime du bail mixte

Le bail mixte est un contrat par lequel un propriétaire loue à un tiers (le preneur) un bien immobilier dont une partie est destinée à l'habitation du locataire et l'autre, est utilisée pour l'exercice de sa profession. Il est à distinguer du bail commercial, professionnel. Ce bail est régi par la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 dite loi « Mermaz ».

La loi n° 2008-776 du 4 août 2008  détermine un nouveau bail mixte à usage d'habitation et commercial qui reste soumis à la loi « Mermaz » par modification de l'article L 631-7 et suivant du code de la construction et de l'habitation.

Le bail mixte doit obligatoirement être établi par écrit. Il doit y être fait mention de : la date de prise d'effet du bail , la durée du bail, la description des locaux, des équipements et accessoires de l'immeuble, le montant des loyers et les modalités de paiement, les règles de révision éventuelle et le montant du dépôt de garantie, s'il est prévu. Le preneur est seul à pouvoir obtenir l'annulation du bail qui ne respecterait pas ces dispositions.

La durée minimale du bail est de 3 ans lorsque le propriétaire est une personne physique et de 6 ans lorsqu'il est personne morale. Le renouvellement ne peut être refusé par le propriétaire que dans trois situations :

  • s'il justifie d'un motif légitime et sérieux, par exemple si le locataire n'exécute pas le paiement des loyers.
  • si le propriétaire vend le logement, un droit de préemption sur celui-ci est offert au locataire.
  • s'il y a reprise du bien par le propriétaire en tant que résidence principale.

Il sera alors nécessaire pour le bailleur  de notifier au locataire son congé 6 mois avant le terme du bail.

Il sera important de voir si le local peut être affecté à une activité professionnelle, tant au point de vue de l'administration (mairie) que de la copropriété. C'est aussi le cas pour le bail commercial.

Le nouveau régime admis depuis 2009

La loi du 4 août 2008 instaure de nouvelles conditions dans lesquelles peut être délivrée une autorisation de changement d'usage et usages mixtes des locaux d'habitation. La nouveauté porte essentiellement sur l'activité commerciale qui est  à présent autorisée.

En effet une activité commerciale peut être exercée dans une partie du local d'habitation, pourvu que cela n'engendre pas de nuisances, de danger pour le voisinage et que cela ne conduise à aucun désordre pour le bâti  (L 631-7-2 CCH). De plus, l'activité commerciale doit être exercée exclusivement par le ou les occupants ayant leur résidence principale dans ce local et ils ne peuvent y recevoir ni clientèle ni marchandise (L631-7-3CCH) etc.  Il faut prêter attention au fait que ce bail mixte ne sera pas soumis aux statuts des baux commerciaux et qu'il ne pourra pas être considéré comme un élément constitutif du fonds de commerce.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.