Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Baux

Bail d'habitation : préavis réduit pour personnes âgées et malades

| Mis à jour le 14/01/2015 | Publié le 18/01/2012

Ecrit par : Avocats Picovschi

 
illustration de l'article

La Cour de cassation rappelle que dans le cadre d'un bail d'habitation, le délai de préavis pour donner congé, est réduit pour les personnes âgées et malades.

Les faits de l’arrêt sont les suivants : Mme X, propriétaire d'un appartement donné à bail à M. Y, l'a assigné en constatation de l'acquisition de la clause résolutoire insérée dans le bail, en paiement d'un arriéré locatif, en expulsion et en fixation d'une indemnité d'occupation. M. Y et Mme Z, son épouse, intervenue volontairement à l'instance, ont demandé la suspension du paiement des loyers, ainsi que la condamnation de la bailleresse à faire effectuer des travaux de mise en conformité du logement et à leur verser des dommages-intérêts. Par un jugement du 6 septembre 2007, le Tribunal d'Instance a condamné les époux Y à payer une certaine somme au titre des loyers impayés à la date du 30 avril 2007, déclaré la demande d'expulsion irrecevable, et, avant dire droit sur la demande reconventionnelle des époux Y,  ordonné une expertise.  M. Y a donné congé le 30 avril 2007 et a quitté les lieux avec son épouse le 1er juin 2007. Par un jugement du 4 septembre 2008, le tribunal a condamné M. Y au paiement des loyers des mois de mai, juin et juillet 2007 et l'a débouté de ses demandes. La cour d'appel a déclaré irrecevable l'intervention volontaire de Mme Z.

Selon l’article 15 de la loi du 6 juillet 1989, le délai de préavis est réduit à un mois « en cas d'obtention d'un premier emploi, de mutation, de perte d'emploi ou de nouvel emploi consécutif à une perte d'emploi ». Il énonce :  « Le délai est également réduit à un mois en faveur des locataires âgés de plus de soixante ans dont l'état de santé justifie un changement de domicile ainsi que des bénéficiaires du revenu minimum d'insertion ou du revenu de solidarité active ».

La Cour de cassation casse et annule au motif que « le bénéfice de la réduction du délai de préavis peut être revendiqué par le locataire dont le conjoint, cotitulaire légal du bail, âgé de plus de soixante ans, présente un état de santé justifiant un changement de domicile conjugal et que, d'autre part, ce bénéfice n'est pas subordonné à la nécessité soudaine de changement de domicile ».

Le préavis pour donner congé peut être réduit en cas d’obtention d’un premier emploi, de mutation, de perte d’emploi ou de nouvel emploi consécutif à une perte d’emploi. En revanche, il ne peut être réduit pour cause de chômage (Cass. Civ. 3e, 24 mars 2010, 09-10084).

Le recours à un avocat compétent dans le domaine du droit de la construction s’avère utile, car il saura vous assister. Ce professionnel du droit vous informera sur vos droits et devoirs. Pour davantage d'informations, n'hésitez pas à contacter Avocats Picovschi au 01 56 79 11 00


Sources : Civ. 3e, 5 janvier 2012, n° 10-26.130

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.