Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Baux

Bail commercial : La clause de solidarité, une clause à bien rédiger

| Mis à jour le 08/01/2015 | Publié le 16/05/2012

Ecrit par : Emilien Fayette, Juriste, Avocats Picovschi

SOMMAIRE

Il arrive dans bien des cas qu’une société commerciale (SARL, SA,…) titulaire d’un bail commercial soit amenée à le céder. Le contrat qui régit ce bail contient bien souvent une clause dite « de garantie solidaire » ou clause de solidarité, par laquelle le locataire cédant s’engage à se porter garant solidaire du repreneur pour le paiement des loyers et l’exécution des conditions du bail.

Cette clause peut devenir très gênante car, si elle est mal rédigée, elle engage le locataire cédant pour des cessionnaires futurs. Il semble alors intéressant d’en voir la portée et ce qu’il en est lorsque la société commerciale se retrouve en procédure collective.

La clause de solidarité, une clause bien spécifique

La garantie solidaire ne s’appliquera que dans la mesure où il existe dans le bail commercial une clause de solidarité. Elle ne peut par conséquent se présumer. Une telle clause n’est pas soumise au régime du cautionnement défini aux articles 2288 du code civil. En somme, si la clause de solidarité n’est pas prévue dans le bail commercial, le propriétaire des murs ne peut exiger le paiement des loyers dus par le nouveau locataire, à l’ancien locataire cédant.

La clause solidaire, limitée au paiement des loyers dus, permet au cédant de ne pas être tenu au paiement des réparations locatives ou de l’impôt foncier par exemple.

La clause solidaire, rédigée dans l’intérêt du locataire, devra être limitée au seul et unique cessionnaire, à savoir le repreneur du bail.  Dans ce cas, lorsque la société commerciale cèdera le bail commercial, elle ne pourra être tenue que pour les loyers dus par le nouveau locataire. La Cour de cassation, dans un arrêt du 19 septembre 2007, a d’ailleurs interprété restrictivement cette clause solidaire en précisant qu’elle ne garantit que le cessionnaire du bail et pas ses successeurs.

De plus, pour éviter que la société commerciale qui cède son bail soit tenue au paiement des loyers au-delà du terme du bail, il faut éviter la tacite reconduction et surtout limiter la garantie solidaire à la durée du contrat de bail.

Dans le premier cas, si le contrat de bail du nouveau locataire se poursuit, la tacite reconduction proroge le contrat initial ou plutôt, le continu dans les mêmes termes. Par conséquent, la clause de solidarité continuera à produire ses effets pour la nouvelle durée du contrat. Dans le second cas, le locataire cédant reste tenu de son obligation pendant toute la durée du bail du nouveau locataire et la clause solidaire prend fin au renouvellement du bail sauf si le cédant s’engage à garantir le paiement des loyers dus pour le nouveau bail.

Voilà en somme quelques cas qu’il faut prévoir pour rédiger une clause de solidarité. Mais la clause de solidarité peut être remise en cause en cas de procédures collectives.

La clause de solidarité remise en cause en cas de procédures collectives

La société commerciale qui est en procédure collective et qui tente de céder son bail commercial, se voit dégagée de la clause de solidarité. Cette règle s’applique en cas de procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire, et est prévue par le code de commerce.

Lorsque la clause de solidarité ne peut pas jouer, le propriétaire des murs peut saisir le tribunal de commerce pour réclamer « une substitution de garantie ».

Elle est régie par le code de commerce et elle présente un réel intérêt pour le propriétaire des murs qui pourra dans ce cas, saisir le Tribunal de commerce pour réclamer une autre garantie venant remplacer la clause de solidarité.

On voit alors l’intérêt de faire appel à un avocat compétent en baux commerciaux avant même de signer un bail commercial, tant pour le propriétaire que pour le locataire.

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.