Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Baux

Bail commercial : interprétation stricte de la clause résolutoire

| Mis à jour le 23/03/2016 | Publié le 27/04/2011

Ecrit par : Avocats Picovschi

 
illustration de l'article

SOMMAIRE

Insérer une clause résolutoire au sein d’un contrat de bail commercial peut s’avérer utile lorsque le preneur manque à ses obligations. Or, le bailleur, titulaire de l’action en résolution conventionnelle, devra vérifier que la clause résolutoire pourra être invoquée. Dans quels cas pourrait-il en faire application ? Quels sont les droits des parties ? Que risque le demandeur si sa demande n’est pas recevable ? Avocats PICOVSCHI répond à vos interrogations.

Clause résolutoire, dans quels cas l’invoquer ?

La clause résolutoire insérée dans un contrat de bail commercial est régie par les articles L. 145-41 et suivants du Code de commerce. Cette disposition conventionnelle autorise le bailleur à mettre un terme aux relations contractuelles lorsque son locataire n’exécute pas comme convenu ses obligations.

Il est de jurisprudence constante que le bailleur ne pourra invoquer à tout va cette clause car il devra vérifier que le manquement commis par le preneur entre en adéquation avec les obligations définies dans le bail commercial.

Preneur ou bailleur, faites le point avec votre avocat compétent en baux commerciaux et en droit commercial afin d’obtenir des précisions claires et précises sur les cas où la résolution conventionnelle pourra être invoquée. En effet, tout dépendra des mentions contenues au sein de votre contrat.

Sachez qu’en principe, le preneur pourra s’opposer à une expulsion réalisée par son bailleur si ce dernier n’a pas respecté les formalités prévues au sein du Code de commerce, à savoir, la signification d’un commandement de payer par exploit d’huissier et l’attente d’un délai d’un mois (article L. 145-41 du Code de commerce).

Toute convention contraire ayant pour objet de raccourcir le délai d’un mois est stipulée non-écrite sur le fondement de l’article L. 145-15 du Code de commerce.

Que se passe-t-il lorsque la demande en résolution ne peut aboutir ?

Le législateur a prévu un formalisme préalable de principe que tout bailleur sera tenu de respecter pour que sa demande en résolution conventionnelle soit jugée recevable par les juges.

Si ces derniers sont tenus de faire droit à la demande en résolution lorsque l’ensemble de la procédure est régulière, le seul non-respect des conditions de mise en œuvre de la clause résolutoire amènera le bailleur à essuyer un refus des juges du fond.

Le contrat de bail commercial continuera à s’exécuter dans les termes et conditions prévus. Néanmoins, le demandeur à la résolution (le bailleur) risquera d’engager sa responsabilité si le preneur décide d’introduire une action en ce sens.

L’assistance d’un conseil intervenant dans des dossiers impliquant des baux commerciaux vous est fortement conseillée afin que vos intérêts soient défendus par une personne compétente dans ce domaine.

Avocats PICOVSCHI compétent en droit commercial et en baux commerciaux, est un Cabinet d’avocats situé à Paris depuis plus de 25 ans, n’hésitez pas à nous contacter afin que nous assurions la défense de votre affaire.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.